Actualités

Dynamik'Auto > Actus

Actualités

Bon cadeau chez Dynamik'Auto

Vous n'avez pas encore fait vos cadeaux de Noël ???
Le bon cadeau pour un nettoyage de véhicule est la solution simple et rapide pour faire plaisir à coup sûr à votre famille ou vos amis !!!

Selon votre budget, du petit au gros, nous faisons un nettoyage personnalisé !!! Pal mal, non ????

En plus, pas d’inquiétude, vous ne serez pas à pied, nous vous prêterons un véhicule le temps de bichonner votre bolide !!!

Au top, n'est-ce pas ???

N'attendez pas plus longtemps et contactez-nous au 04.76.99.74.29 pour plus d'informations !!!


Dynamik'Auto sur Instagram

Nous venons de rejoindre Instagram !!!
N'hésitez pas à venir nous suivre via ce réseau pour être toujours plus informé de nos dernières actualités !!!



Carte grise à Dynamik'Auto

Evitez la préfecture et leur démarche d'immatriculation et venez faire votre carte grise pour seulement 30€ dans votre concession automobile Dynamik'Auto !!!


Nouvelle Signalétique

Dynamik'Auto prend un coup de neuf à Crolles !!!
Venez découvrir notre toute nouvelle signalétique !!!

Nouvelle pancarte, nouveau totem, rénovation de la façade...
On a troqué le blanc pour le noir et le résultat est plus que rayonnant !!!



Ça envoie, non ???


N'hésitez pas à venir nous rendre visite dans notre concession afin de voir ce changement de vos propres yeux !!!


PRIME A LA CONVERSION 2018

  • Depuis le 1er janvier, vous pouvez remplacer votre véhicule par une voiture plus propre et bénéficier de la prime à la conversion

    DYNAMIK AUTO vous propose un large choix de véhicules ESSENCE et DIESEL éligibles à la prime 2018 .
    De 1000 à 2000 € pour la mise en destruction de votre vielle voiture .

    Pour toute information notre équipe reste à votre écoute .


Le diesel a-t-il encore un avenir ?

Le diesel est attaqué de toutes parts. Certaines critiques ont un réel fondement, mais le diesel a encore une marge de progrès et un avenir commercial.

Après des décennies de politique fiscale, commerciale et industrielle pro-diesel, c'est la déroute. Les normes antipollution sévères qui ont condamné les diesels sous le capot des segments inférieurs, la promesse d'un alignement des taxes d'ici quatre ans entre gazole et sans-plomb, le scandale diesel né de la fraude opérée par le groupe Volkswagen, les restrictions de circulation qui se multiplient et visent spécifiquement tout ce qui boit du gazole, sans oublier le certificat Crit'Air qui punit même les diesels les plus récents et les plus vertueux : sale temps pour le diesel!

Ce n'est pas tant un problème pour une industrie habituée aux caprices fiscaux et réglementaires, et prompte à adapter son outil de production, que pour celles et ceux qui ont fait, longtemps encouragés par l'État, le choix d'une motorisation désormais conspuée. Les plus à plaindre sont ceux qui souhaitent revendre leur voiture diesel sur le marché de l'occasion.

Pendant (trop) longtemps, l'achat d'un diesel était un réflexe pour de nombreux automobilistes, souvent guidés par l'idée que cette motorisation était majoritaire, donc plus facile à revendre. Ou comment créer un cercle vicieux... Mais s'il faut éviter l'achat d 'un diesel pour un usage essentiellement urbain ou de faibles kilométrages, sa plus faible consommation et le carburant plus accessible (pour l 'instant) le rendent intéressant pour celles et ceux qui réalisent de longs trajets, ou qui engrangent un important kilométrage annuel. En France, le kilométrage annuel moyen tourne autour de 11 500 km (77 00 km pour les voitures essence, et 13 800 pour les diesels) : cette moyenne cache évidemment de grosses disparités parmi les usagers, et donc des besoins différents.

Oui, mais pas tout de suite, et pas partout. C'est essentiellement dans les zones de circulation restreinte (ZCR), où le certificat Crit'Air fait la loi, que les diesels sont menacés d'exclusion. Or ces zones se trouvent en milieu urbain : Paris, Lille, Grenoble, Lyon, Strasbourg... Dans l'immédiat, uniquement les véhicules les plus polluants, dépourvus de certificat, sont exclus. Seule la mairie de Paris a évoqué la possibilité d'interdire les voitures diesel (pour 2025), mais si cela peut avoir du sens pour les véhicules dépourvus de filtre à particules et de catalyseur à NOx, une telle mesure serait aberrante si elle frappait les diesels les plus récents - d'ailleurs à nouveau autorisés à circuler à Tokyo, qui fut la première grande métropole à interdire les autos diesel... Pas de panique, donc. Si votre voiture diesel possède une vignette Crit'Air 4 ou 5, attendez-vous tout de même à de nouvelles restrictions dans les années à venir.

Encouragés par des mesures fiscales et des constructeurs qui poussaient à la roue, les automobilistes se sont massivement orientés vers le diesel au cours de la précédente décennie. À un point déraisonnable : en 2008, le diesel représentait plus de 3 voitures neuves vendues sur 4 ! En d'autres termes, même ceux qui n'avaient besoin que d'une petite citadine pour parcourir quelques milliers de kilomètres par an en ville se tournaient vers cette motorisation - clairement pas conçue pour cet usage. En 2013, le diesel est repassé sous la barre des 70 % de part de marché et, depuis, il perd en moyenne cinq points chaque année ! En janvier 2017 de cette année, il a retrouvé sa part de marché de l'année 2000 (49 %) et en décembre 2017, le diesel ne représentait plus que 45 % des immatriculations de voitures neuves - et à peine plus d'un tiers des ventes aux particuliers. Mais le diesel ne va pas chuter indéfiniment : ce rééquilibrage lié à l'évolution des taxes et des besoins ne fera pas passer les ventes de voitures diesel sous les 30 %, du fait des besoins de certains usagers, particuliers autant que sociétés.

Oui et non. En fait, un moteur diesel est plus compliqué et plus coûteux à dépolluer qu'un moteur essence. Sur ce dernier, la généralisation de l'injection directe a fait décoller les émissions de particules, mais un filtre à quelques dizaines d'euros suffit à régler le problème. Les deux motorisations sont soumises à des seuils d'émissions polluantes quasi équivalents, mais le dieselgate a rappelé qu'entre la valeur normalisée et les valeurs recueillies en usage réel, l'écart pouvait être délirant du fait d'un cycle de mesure irréaliste. Des diesels annoncés comme vertueux crachaient en fait des quantités phénoménales d'oxydes d'azote. Les nouvelles normes (cycle WLTC et cycle RDE pour la mesure des NOx en usage réel) vont toutefois permettre de rapprocher les émissions polluantes réelles des valeurs normalisées, dont les seuils sont aujourd'hui très exigeants et impliquent des technologies coûteuses (filtre à particules, système de réduction catalytique sélective, double vanne EGR...).

Les polluants émis par un diesel et par un moteur essence ne sont pas les mêmes, mais d'ici 2020, il sera délicat de dire que l'un est plus polluant que l'autre - en tous cas si les constructeurs font tous en sorte de respecter les nouveaux seuils normalisés d'émissions polluantes, que ce soit en labo sur un banc à rouleau, ou en conditions réelles. Enfin, un diesel émet à puissance équivalente moins de CO2 qu'un moteur essence - il est à ce titre utile pour les constructeurs, confrontés à des objectifs ambitieux sur les émissions de ce gaz à effet de serre.

Clairement pas. Même si le Japon y revient (très légèrement) et que les États-Unis commencent à s'y intéresser, la quasi-totalité des voitures neuves vendues sur les principaux marchés carburent à l'essence, le diesel n'y représente que quelques points de part de marché. Notamment en Chine, qui reste de loin le premier débouché commercial pour l'automobile (24 millions d'unités vendues en 2016), et qui reste focalisée sur l'essence pour les voitures particulières. Et le marché historique du diesel (l'Europe) fait de plus en plus les yeux doux à l'essence. Le parc est constitué à 56 % de voitures essence et à 41 % de voitures diesel, et l'an dernier, les ventes de diesels représentaient 49 % du marché européen. Dans le détail ? 48 % au Royaume-Uni, 46 % en Allemagne, 40 % en Espagne, 33 % en Italie...

Bonne nouvelle si vous envisagez l'achat d'un diesel : le retournement du marché vous permettra d'économiser jusqu'à plusieurs milliers d'euros ! Les acheteurs se détournent des diesels, qui mettent plus longtemps à se vendre, et à des tarifs inférieurs à la cote. En 2016, ils représentaient encore 67 % des voitures vendues en occasion. La proportion est descendue à 65 % au premier semestre 2017 et, selon AutoScout24, "le rééquilibrage essence-dieselest bien visible et devrait évoluer surtout dans les segments des citadines et des compactes". Et des diesels à vendre, il y en aura encore beaucoup : le parc en circulation est aujourd'hui alimenté au gazole à plus de 61 %!

Mais cette évolution du marché de l'occasion n'est pas une bonne nouvelle pour tous, en particulier pour ceux qui souhaitent vendre leur voiture diesel aujourd'hui. D'après l'étude réalisée par l'entreprise Bonnie&Car, "85 % des vendeurs ont un véhicule diesel, c'est beaucoup plus que la proportion de diesels en France." Maxime Grandjean, fondateur de l'enseigne, précise que "nos vendeurs diesel ne comprennent pas la dévaluation rapide de leur véhicule. La plupart sont restés dans le schéma que le véhicule diesel s'achetant plus cher, il se vendra plus cher également. " En clair : prévoyez une vente qui prendra plus de temps, ou qui se fera à un prix inférieur à la cote, en particulier en région parisienne. En revanche, "si vous êtes acheteur et que vous n'habitez pas Paris, il y a de belles affaires à faire en ce moment", conclut Maxime Grandjean. D'autant que, paradoxalement, la prime de conversion permet de recevoir jusqu'à 2 000 € pour l'achat d'un diesel neuf ou d'occasion (< 130 g/km de CO2, Crit'Air 1 ou 2).

L'hégémonie du diesel sur le marché automobile français n'était pas raisonnable. Un rééquilibrage est nécessaire. Le problème ? Pendant des décennies, les gouvernements successifs ont multiplié les incitations fiscales (carburant moins cher, bonus écologique avantageux, TVA récupérable pour les véhicules de sociétés...) afin de doper les ventes de cette motorisation et du gazole comme carburant. Aujourd'hui, ce sont les mêmes qui accusent le diesel de tous les maux - à raison sur certains aspects. La transition est trop brutale, et de nombreux possesseurs d'une voiture diesel risquent de se retrouver le bec dans l'eau. En France comme ailleurs, le diesel n'est pas mort : il va s'adapter aux usages, aux normes (sévèrement durcies pour ce qui concerne les méthodes de mesure des polluants !) et évoluer technologiquement. Il restera encore de longues années le meilleur choix pour les automobilistes qui roulent (vraiment) beaucoup et longtemps.


Cartes Grises : Plus de 400 000 demandes bloquées

Depuis novembre dernier, les démarches se font entièrement en ligne. Mais les plateformes ne sont pas au point ce qui entraîne de nombreux retards.

Vous avez demandé une carte grise sur le site de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) ? Il va très certainement falloir prendre votre mal en patience ! Depuis la dématérialisation du service de demande de carte grise en novembre 2017, de nombreux dossiers seraient bloqués à cause des bugs informatiques à répétition. Une situation qui empire de jour en jour et surtout, qui cause des problèmes à de nombreux automobilistes.

Un retard dès le lancement

Ce sont nos confrères du Parisien qui, alertés par le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), ont révélé l’ampleur du problème. Comme nous l’évoquions plus haut, depuis le 6 novembre 2017, les guichets dédiés aux cartes grises ont été fermés en préfecture au profit d’une plateforme en ligne.

Mais dès le lancement de cette dernière, les retards ont commencé à s’accumuler à cause de problèmes techniques. Ainsi, en 1 mois à peine, 100 000 demandes de cartes grises avaient déjà pris du retard. Une situation qui ne s’est pas arrangée avec le temps puisque selon nos confrères, ce sont désormais plus de 400 000 demandes qui attendent d’être traitées, ce qui met de nombreux automobilistes et professionnels du secteur dans une situation délicate.

Des semaines d’attente

Des milliers de véhicules ne pourraient pas circuler en France à cause du retard pris par l’ANTS. Aussi, les changements de propriétaire lors de vente entre particuliers mettent plusieurs semaines à être validés. Les concessionnaires automobiles souffrent également de la situation et sont contraints de livrer leurs clients en retard à cause de la difficulté à obtenir une immatriculation provisoire en WW, car là aussi, le service concerné pose problème.

Du côté du CNPA, on pointe du doigt le manque de moyens humains et financiers mis en œuvre à l’ANTS. Le ministère de l’Intérieur a annoncé l’ouverture de nouvelles antennes pour absorber le retard emmagasiné.


Il n'y a aucun billet en ligne.


Logo

Depuis 1999, Dynamik'Auto propose et recherche des véhicules d'occasions à la vente. Basée à Crolles, notre concession vous garantit un achat sécurisé grâce à une traçabilité complète de tous nos véhicules.

INFOS DE CONTACT

HORAIRES

Lundi9h - 12h / 14h - 18h30
Mardi9h - 12h / 14h - 18h30
Mercredi9h - 12h / 14h - 18h30
Jeudi9h - 12h / 14h - 18h30
Vendredi9h - 12h / 14h - 18h30
Samedi9h - 12h / 14h - 17h00